Créer un incubateur - quelques conseils pour démarrer

Cette semaine, une personne (elle se reconnaitra) m'a demandé des conseils sur comment créer un incubateur. Dans le contexte, un incubateur, c'est un dispositif proposé aux collaborateurs pour contribuer à créer et à participer à de nouveaux projets dans le cadre de l'entreprise.

L'incubateur de l'EM Lyon - Photo S. Borg


Selon moi, la première question à se poser est celle du "why". Si vous ne voyez pas tout de suite de quoi je parle, alors vous devez impérativement visionner l'excellent TED de Simon Sinek.
Pourquoi est-ce que la structure cherche à créer un incubateur ? Est-ce pour suivre la mode ? Est-ce parce que les dirigeants cherchent à créer des nouvelles lignes de business ? Est-ce parce les dirigeants souhaitent engager l'ensemble des collaborateurs dans une démarche d'innovation ? En fonction des réponses à ces questions, votre projet sera largement différent.

Dans toutes les questions ci-dessus, on part de l'hypothèse que la décision vient du top management. Même si c'est largement souhaitable, ça n'est pas totalement obligatoire, de nombreux Corporate Hackers pourraient en témoigner. Si vous ne savez pas ce qu'est un Corporate Hackers ou si vous pensez que c'est "pas bien", alors visitez sans attendre le site des Hacktivateurs et pourquoi pas, rejoignez l'association.

La deuxième question fondamentale, c'est celle des moyens. Et là, on entre dans un débat quasi philosophique. Si votre entreprise décide de créer un incubateur sans nouveaux moyens (ou quasi), ce qui sera également le cas si vous êtes un Corporate Hackers, alors certains diront que c'est du vent et que ça ne marchera pas. Néanmoins, ça a l'immense vertu d'encourager l'auto-disruption. En effet, les nouveaux projets viendront naturellement en compétition avec les projets existants ce qui forcera l'ensemble de l'organisation à se reposer la question des priorités. Dans ce cas, il est essentiel de bien préparer les porteurs de projets pour qu'ils aient le maximum de change de voir leur projet accepté. C'est cette approche que nous avons choisi dans notre entreprise comme c'est décrit dans le livre "the art of opportunity". A l'inverse, si vous affectez des moyens spécifiques, alors les projets auront plus de chance d'aboutir, en particulier les plus ambitieux, mais le risque, c'est que ça soit très éloigné du reste de l'activité et dont sans impact sur la culture de l'entreprise. Ce qui nous ramène naturellement à la question du why.

Troisième question importante, c'est celle du lieu. Affecter un lieu à l'incubateur a le grand intérêt de matérialiser l'investissement, c'est un outil que l'on peut utiliser pour expliquer la démarche aux clients, et c'est évidemment favorable aux contacts informels qu'on sait être très important dans la démarche d'innovation. Mais il faut sans doute le compléter par un dispositif virtuel afin de susciter l'engagement. Et donc utiliser tous les ressorts modernes pour changer les habitudes: gamification, UX, ...

Enfin, comme les ressources ne sont pas illimitées, il faudra travailler sur la quatrième question du choix des projets à sélectionner. Ici, pas de recette miracle, mais un travail en amont pour analyser les besoins financiers et humains à mettre en regard avec la proposition de valeur. A ce stade, on ne saurait insister assez sur l'importance d'avoir un sponsor qui aidera à lever les freins et à traiter les résistances qu'un projet un peu ambitieux ne manquera pas de soulever.

Si vous avez un projet et souhaitez en discuter, n'hésitez pas à me contacter...

Commentaires

  1. Merci pour la partage et l'hommage aux corporates Hackeurs. Il y a aussi un questionnement à avoir sur la complémentarité de l'incubateur. Si l'on fait un incubateur c'est pour accueillir des projets que l'on arrive pas à faire de manière standard dans l'entreprise. Je pense qu'il faut se poser la question de quelles approches différentes l'on adoptera dans cet incubateur: Laché-prise manageurial, achats simplifiés, coaching ou non, visibilité ou non... C'est peut-être ce que vous entendiez dans la question sur les nouveaux moyens. Merci encore.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fabrice, merci pour votre réponse. En effet, la complémentarité de l'accélérateur est une question fondamentale, en partie incluse dans la question du why. Pour ce qui est des approches différentes, je suis tout à fait d'accord, il faudrait ajouter une question sur le comment. Je développerais peut-être ce point lors d'un prochain post, sachant que c'est au coeur de l'approche des Hacktivateurs avec les fiches de Hack. A noter qu'il y a de nombreux commentaires sur cet article sur la page Facebook des Hacktivateurs: https://www.facebook.com/groups/743209702485729/

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Innover dans un grand groupe: le test de l'effectuation

Startup: et si vous achetiez une autre startup ?