Peut-on utiliser l'intrapreneuriat pour changer la culture d'entreprise ?

On fête l'intrapreneuriat chez Orange

La fête de l'intrapreneuriat chez Orange, merci à Nicolas Bry pour l'invitation
Il y a quelques jours, à l'invitation de Nicolas Bry, COO de l'Orange Startups Studio, tout le gratin de l'innovation corporate était réuni chez Orange Garden pour fêter l'intrapreneuriat. Si de nombreuses entreprises s'approprient cet outil d'open innovation, force est de constater que la tendance est relativement récente et que nous manquons de retour d'expérience sur le long terme.
C'était donc très intéressant d'entendre la perspective de groupe comme Telefonica ou Bosch qui pratique la mobilisation de collaborateurs au service de projet entrepreneuriaux.

Des intrapreneurs étaient également présents pour témoigner de leur parcours et si tu te poses la question de participer au programme de ton entreprise, je t'invite à lire 3 conseils pour tirer le meilleur d'une expérience d'intrapreneur.

Les bénéfices de l'intrapreneuriat pour l'entreprise sont connus: 

  • Recherche de chiffre d'affaire additionnel et notamment au travers de l'innovation disruptive
  • Diffusion d'une culture plus entrepreneuriale
  • Développement de la responsabilité sociale de l'entreprise
  • Mobilisation et rétention des collaborateurs atypiques
  • Attractivité
Mais pour ne pas que l'intrapreneuriat fasse long feu (lire Faut-il fermer son accélérateur de startup ?), il convient de bien s'interroger sur les mécanismes à l'oeuvre afin de conserver des attentes réalistes et de déjouer les principaux pièges. 

Déjà, comme je l'ai écrit dans Comment apporter de l’innovation de rupture dans les entreprises ?, il est très difficile pour une entreprise de favoriser une innovation de rupture. 

Alors qu'en est-il de la diffusion d'une culture plus entrepreneuriale dans l'entreprise ? 

On a beaucoup écrit sur la culture d'entreprise et même Peter Drucker, le pape du management disait: 
Culture eats strategy for breakfast - Peter Drucker
Culture eats strategy for breakfast - Peter Drucker
En général, on considère la culture d'entreprise comme quelque chose d'unique et de partagé et souvent, on conseille même de "gérer" la culture comme on gère les embauches ou l'acquisition de nouveaux clients. Si tu diriges une startup, on t'a certainement conseillé de créer une culture spécifique avec ses valeurs, ses rites, ses mythes, quitte à prendre des libertés sur la genèse de ton projet. 

Dans mon expérience de la grande entreprise, il est fréquent que des éléments de culture soient différents voire opposés dans différentes parties de l'organisation (business unit, service, géographie, ...). 

Et comme François Dupuy l'explique brillamment dans "La faillite de la pensée managériale", on a tendance à largement sous-estimer l'intelligence des acteurs. Les dirigeants, en peine avec une réalité qui leur échappe, appellent cela la résistance au changement. 

Pour essayer de comprendre comment le programme d'intrapreneuriat va influer sur la culture d'entreprise, il faut donc se doter d'outils solides. La Sociodynamique, que j'ai citée dans Le mythe de l'entrepreneur peut alors être très utile. 

Le blason sociodynamique de la performance pour mieux penser l'organisation

Développée par Jean-Christian Fauvet sein de Bossard Consultant, cette théorie du management s’est développée graduellement en analysant la dynamique des acteurs :
  • Les antagonismes
  • Les synergies et la stratégie des alliés
  • La tension entre l’institution et le corps social
  • La dialectique entre l’Unique (Ego) et le Multiple (Eco)
Le blason sociodynamique de la performance par Jean-Christian Fauvet
Cette dialectique donne 4 modèles d’organisations repris dans le blason sociodynamique de la performance, que l'on retrouve dans son livre l'élan sociodynamique:
  • Mécaniste: la nécessité d'un socle de fonctionnement
  • Tribale: la force de l'élan communautaire
  • Individualiste: le foisonnement des situations nouvelles
  • Holomorphe: la chance que constitue le jeu d'équipe
Ce modèle peut alors être utilisé pour catégoriser tout ou partie de l'organisation. La vérité, c'est que l'approche mécaniste est très largement majoritaire, à tel point qu'on peut de demander comment résister à l'inflation des jobs à la cons

A l'inverse, l'intrapreneuriat se situe largement dans la dynamique holomorphe. Reste à savoir si la démarche intrapreneuriale peut changer ou, en tout cas, aider à réorienter la culture d'entreprise. 

Deux clés pour maximiser les chances d'influer sur la culture

Récompenser tous les participants

L'intrapreneuriat, lorsqu'il est est organisé par l'entreprise, commence en général par un large appel à idées. Cette séquence permet alors d'identifier les volontaires qui pourront devenir intrapreneurs à l'issue d'un processus de sélection. 

La sélection est souvent rude (entre 5% et 15% de projets retenus) alors que les volontaires donnent largement d'eux-mêmes pour concourir. L'entreprise a donc tout intérêt à recevoir ce don, c'est-à-dire à dramatiser le geste et à manifester de l'émotion. L'entreprise a également intérêt à rendre, par exemple en accompagnant les volontaires, y compris après la réponse négative du comité de sélection. Pour en savoir plus sur le don et le contre-don, je t'invite à lire Norbert Alter - Donner et prendre, la coopération en entreprise.

C'est à ce prix qu'on s'assurera de la pérennité du dispositif.   

Préparer le futur des projets et proposer des parcours aux intrapreneurs 

Même si on travaille beaucoup et qu'il faut vérifier les hypothèses du business model, la période d'incubation / d'accélération est souvent un moment d'apesanteur. L'intrapreneur n'a pas la pression du business au quotidien et se sent porté par son projet. Seulement, on ne peut pas cacher que beaucoup de projet vont s'arrêter, être récupérés ou encore vont se poursuivre en dehors de l'entreprise. 

Il faut donc le plus tôt possible préparer l'atterrissage du projet dans une business unit, ou si le projet est trop disruptif, prévoir un cadre juridique adhoc. Et c'est encore plus vrai pour les intrapreneurs qui ne devront pas se sentir floués par les décisions de l'entreprise. Cela nécessite une réelle ouverture d'esprit et beaucoup de créativité. 

Les intrapreneurs sont souvent très exposés médiatiquement, y compris par la communication interne de l'entreprise, ils agissent donc comme des héros dans la culture de l'entreprise. 

Si tu veux tester ton programme d'intrapreneuriat, tu peux répondre à mon questionnaire et je t'enverrais une réponse personnalisée. Tu peux aussi me contacter : 

Commentaires